Concours de la plage de l’Est

Concours de la plage de l’Est

Participation au concours de design portant sur l’aménagement d’une plage dans l’est de l’île de Montréal, organisé par l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles et le Bureau du design de la Ville de Montréal.

– Plage de couleurs –

Ce n’est ni une plage de sable ni un lieu voué à recevoir un grand achalandage, mais c’est un site naturel profondément évocateur, parsemé d’objets iconiques colorés.

 


Une nouvelle morphologie.

Issu d’un remblai effectué il y a une dizaine d’années, ce site n’a qu’une relation limitée avec le fleuve, se terminant par un talus abrupte. Le tout premier geste consiste alors à recréer une topographie contrastée, favorisant le regard et l’accès à l’eau.

Pour améliorer la relation avec le quartier, le projet suggère l’implantation d’un front bâti sur le parc. L’interface plantée entre les porches avant des nouvelles résidences et le parc permet de créer un regard continu sur l’espace public, favorisant à la fois son animation et sa sécurité.

Une occupation légère.

Profondément axé sur la renaturalisation et le paysage, l’unique geste construit du projet est la jetée, reliant la rue Bureau au Saint-Laurent. Surplombant le fleuve, cet espace multifonctionnel est construit de petites cabanes colorées accueillant le café, les bureaux, les toilettes, ainsi que l’espace de stockage accessible aux 2 niveaux. Au bout de la jetée, des chaises Adirondacks surélevées font office de tour d’observation.

Le dessous de cette structure est également aménagé pour accueillir différents éléments programmatiques, dont un ensemble de balançoires suspendues aux poutres.

En contrebas, l’anse est envisagée comme un champ de loisir et de libre appropriation. En relation étroite avec le fleuve, elle est parsemée de bouées évoquant un paysage de marée basse, et servant à la fois de mobilier pour s’asseoir ou jouer, de source lumineuse ou de jets d’eau.

En surplomb, la terrasse riveraine est un espace ombragé propice au pique-nique et à la contemplation. La pente des talus permet de créer des estrades construites ou naturelles. Finalement, la bande riveraine s’ouvre au fleuve aux abords de la jetée, aménagé d’une plage de galet, alors qu’elle devient  un espace davantage naturalisé et intimiste au niveau des quais flottants.